Retards multiples, double langage diplomatique et craintes de nouvelles violences rendent difficile le choix du retour en Birmanie, pour les centaines de milliers de musulmans rohingyas réfugiés au Bangladesh."Nous allons devoir rester ici pendant longtemps, peut-être des générations", confie, résigné, Ali, un Rohingya ayant trouvé refuge à Kutupalong, le plus grand camp de réfugiés du monde, situé à la pointe sud du pays à proximité de la frontière birmane.L'accord entre la Birmanie et le Bangladesh prévoyait au départ que quelque 750.000 réfugiés rohingyas puissent rentrer sur le territoire birman.La Birmanie n'a validé pour l'heure que 675 noms sur une liste de 8.000 réfugiés soumise par Dacca, invoquant des problèmes avec les preuves de résidence en Birmanie fournies - une exigence intenable selon les ONG, les Rohingyas ayant souvent fui leurs villages dans la précipitation.Ce week-end, une première famille de cinq Rohingyas est rentrée en Birmanie, un retour très exploité médiatiquement en Birmanie avec photos des revenants dans la presse officielle.Mais ce retour a été critiqué par la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) comme "un exercice de relations publiques destiné à détourner l'attention des crimes commis".Et cette famille n'était selon le Bangladesh même pas entrée en territoire bangladais mais vivait dans le "no man's land" entre Birmanie et Bangladesh.

Source :

https://information.tv5monde.com/info/les-rohingyas-refugies-au-bangladesh-sceptiques-sur-leur-retour-en-birmanie-232112

Pin It