«25 ans que je travaille dans cette usine, aujourd’hui, on vient et la porte est fermée, personne ne nous a parlé, nous ne savons même pas si nous toucherons notre paye», s’indigne Juliette Sophie.

Lire la suite