La MONUSCO a procédé ce 18 janvier à l’évacuation vers Goma des personnes grièvement blessées lors de l’attentat à la bombe perpétré dans une église pentecôtiste à Kasindi à la frontière avec l’Ouganda dans le territoire de Beni au Nord-Kivu. Au total, six personnes ont été évacuées par des hélicoptères de la mission onusienne de Beni vers Goma. Elles étaient soignées jusque-là à l’hôpital général de Beni où elles avaient été évacuées une première fois depuis Kasindi, le 16 janvier. Parmi ces blessés, on compte trois femmes. Le médecin-directeur de l’hôpital général de Beni, le docteur Jérémie Muhindo, soutient que son établissement connaît actuellement une « saturation ». C’est ce qui a conduit à la décision d’envoyer certains blessés à Goma pour leur prise en charge. Il annonce que d’autres blessés doivent arriver de Kasindi et dit avoir sollicité la MONUSCO pour prendre en charge certains d’entre eux dans son hôpital de Mavivi. Quarante-huit heures après l’attentat, une délégation de la MONUSCO, avec à sa tête le chef de bureau à l’intérim Abdourahamane Ganda, s’est rendue à l’hôpital général de référence de Beni où sont pris en charge 24 blessés, rescapés de l’attentat de Kasindi. Au cours d’un échange avec le leadership,

Lire la suite