La proposition qui porte sur quelque 2,4 milliards de dollars de produits francais doit encore recevoir l'aval de Donald Trump, alors que le sommet de l'Otan s'ouvre.

Lire la suite