Un rapport de la Thomson Reuters Fondation présentait en 2017 Le Caire comme la ville la plus dangereuse au monde pour les femmes, cibles de harcèlement sexuel. Les Égyptiennes sont aussi victimes de discriminations liées au difficile accès aux soins, aux études, au marché du travail. Ces sujets sont longtemps restés tabous, jusqu'à l'émergence d'une nouvelle génération de militantes féministes qui utilisent les réseaux sociaux pour dénoncer les violences sexuelles et soutenir les victimes.

Lire la suite