Francois Hollande a accordé un entretien à France 24 et RFI, dix ans après le début de l’opération Serval au Mali. L'ancien président français a assuré avoir décidé cette intervention à la seule demande du peuple malien. Il défendu le bilan des opérations françaises dans la région. Il se dit peiné de voir le groupe russe Wagner parvenir à convaincre une partie de la population malienne "qu’ils la protègerait mieux" du jihadisme. "Ce sont eux, les néocoloniaux", assure l'ex-chef de l'État.