« Dès le départ, je savais que c’était de la folie de dire ‘oui' ». Ce lundi, Nicolas Bastien se retrouve devant un mur bourré d’annotations, de commentaires, de marques de tendresse, laissés sur place par quantité de visiteurs.

Lire la suite