Douze « violations graves des droits de l’homme » ont été reconnues par le président, dont les massacres de 1965-1966, ainsi que des tueries, des bavures et des exactions de l’armée ou de la police commises depuis la démocratisation, en 1998.

Lire la suite