A quelques mois de l’élection présidentielle turque, en juin, Recep Tayyip Erdogan s’enlise dans un contexte peu favorable, note, dans une tribune au « Monde », le chercheur en sciences politiques et spécialiste de la Turquie Bayram Balci, qui appelle les Européens à ne pas couper les liens avec le pays.

Lire la suite