Les agents, suivant le mot d’ordre de grève de leur syndicat, ont déserté pour 48 heures (du 24 au 25 novembre) les services pour revendiquer de meilleures conditions de vie et de travail.

Dans un préavis de grève signifié à la tutelle, le collectif, demandait la prise en compte dans les budgets primitifs 2023, des faveurs faites aux bénéfices des travailleurs de Côte d’Ivoire par le président Alassane Ouattara lors de son allocution du 06 août 2022, la mise en place de la fonction publique territoriale de Côte d’Ivoire et un début de paiement effectif des arriérés de salaire des agents des mairies des zones ex-CNO.

Également, le collectif souhaite une application sans réserve de la circulaire n°207/MIS/CAB du 08 avril 2021, du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, ordonnant le mode de gestion antérieure de la sortie de carrière des agents localement recrutés et la réintégration des agents des collectivités territoriales licenciés ou rétrogradés suite à la réforme des cadres organiques des emplois depuis 2020.