BIARRITZ (Reuters) - La France a renoncé pour des questions "logistiques et diplomatiques" à faire venir les plateformes en ligne à Biarritz en l'absence de Donald Trump vendredi, mais elle ne doute pas qu'elles signeront la charte "pour un internet, ouvert, libre et sûr" et a "bon espoir" que les Etats-Unis rejoignent l'initiative lundi au G7, a déclaré samedi Cédric O.

Lire la suite

0
0
0
s2sdefault