Au sommet de l’Everest, il s’écoule, chaque année, 16 millisecondes de plus qu’au niveau de la mer. Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir n° 869-870 daté juillet-août 2019.

Lire la suite

0
0
0
s2sdefault