Le porte-parole du gouvernement du Burkina Faso a confirmé lundi que Ouagadougou avait demandé le départ des troupes françaises basées dans le pays dans un délai d'un mois, mais Paris a répondu attendre des clarifications de la part du président de transition Ibrahim Traoré. "Ce que nous dénonçons c'est l'accord qui permet aux forces françaises d'être présentes au Burkina Faso. Il ne s'agit pas de la fin des relations diplomatiques entre le Burkina Faso et la France", a déclaré lundi midi le porte-parole du gouvernement burkinabè, Jean-Emmanuel Ouédraogo, dans une interview sur la Radio-Télévision du Burkina (RTB)."Les forces françaises sont basées à Ouagadougou sur la demande du Burkina Faso et de ses autorités. Cette dénonciation est dans l'ordre normal des choses, elle est prévue dans les termes de l'accord militaire", a-t-il poursuivi, indiquant que la procédure laissait "un mois à l'autre partie pour accéder à cette requête".Le Burkina héberge actuellement un contingent de près de 400 forces spéciales françaises, la force Sabre.Dans un courrier du ministère burkinabè des Affaires étrangères adressé à Paris et daté de mercredi, dont l'AFP a eu copie, Ouagadougou "dénonce et met fin dans son entièreté à l'accord" du 17 décembre 2018 "relatif au statut des forces armées françaises intervenant" dans la lutte antijihadiste dans le pays sahélien."Nous avons bien reçu la note verbale (du ministère burkinabè) transmise à notre ambassade", a indiqué lundi à l'AFP la porte-parole du Quai d'Orsay, Anne-Claire Legendre, dans une déclaration écrite. "Comme l'a dit le président de la République (Emmanuel Macron) hier, nous attendons que le président de la transition burkinabè (Ibrahim Traoré) clarifie la portée de cette note", a-t-elle ajouté.Paris souhaite que la demande de départ soit confirmée par le président Traoré lui-même avant d'en prendre acte. Des sources concordantes françaises font état de désaccords au sein du gouvernement burkinabè sur le maintien ou non des troupes françaises.

Lire la suite