Au milieu du chaos des camps de Kanyaruchinya, dans l’est de la République démocratique du Congo, des déplacés de guerre racontent les viols et les blessures qu’ils ont subis avant et pendant leur fuite des zones aujourd’hui contrôlées par la rébellion du M23.Après quatre mois de calme relatif, les combats ont repris le 20 octobre entre les miliciens du M23 et l'armée congolaise.

Original Source