FeaturedEn 2022, les Banques centrales des pays africains ont suivi l’exemple des économies avancées en augmentant leurs taux directeurs avec peu ou pas d’effets visibles sur l’inflation. Pour la BAD, cet outil traditionnel seul ne saurait réguler une hausse des prix, essentiellement importée. En Afrique, les mesures de politiques monétaires doivent être combinées à des mesures de politiques fiscales et structurelles pour faire efficacement face à l’inflation. C’est ce qui ressort d’un rapport publié par la Banque africaine de développement (BAD) jeudi 19 janvier. Dans ses nouvelles « perspectives macroéconomiques de l’Afrique », l’institution indique qu’à elles seules les politiques monétaires des banques centrales ne réussiront pas à réguler les hausses des prix.

Lire la suite