L’économie de pays est bien entrée dans une zone dangereuse: déséquilibre budgétaire flagrant de l’ordre de 3,332 milliards de dinars susceptible d’aggravation suite au glissement du dinar et d’une probable hausse du prix de baril,  dette globale est désormais insoutenable avec une croissance faible de 1.1%, pression fiscale insupportable.

Lire la suite