L'ancien chef d'État est le principal accusé dans la répression d'un meeting de l'opposition, en septembre 2009. Plus de 150 personnes avaient perdu la vie. Ce mercredi, Moussa Dadis Camara a répondu à ses propres avocats.

Lire la Source ...